• ● La troupe de sauvetage

    *Plusieurs jours se sont écoulés depuis que Wyr a étalé sa haine sur papier. Elle n'avait jusque là rien écrit de nouveau mais pour cette entrée de journal, elle semble avoir repris son calme et accordé à son carnet le soin qu'il méritait.*

    Je n'aurais jamais pensé dire ça mais nous avons eu une chance inouïe de tomber sur un groupe du Dominion. En fait, non : nous avons la chance de tomber sur CE groupe du Dominion.

    Nous étions en chemin vers Kel Voreth, pour nous emparer de la première structure primaire, lorsqu'une horde d'Osuns - des sentinelles, si j'en crois les cent pas qu'ils faisaient autour de leur énorme structure - se sont rués sur nous. De toute évidence, Ils ne voulaient pas que nous approchions de leur territoire mais nous avons été assez bêtes pour ne pas écouter leur "conseil" avisé. J'ai du jouer de mon épée face à eux alors que je n'étais pas encore suffisamment reposée pour ça. Le fait qu'ils soient costauds ne constituait pas un problème en soi ; nous avions l'avantage de l'agilité, du mouvement. C'est leur nombre qui nous a terrassées et notamment l'ingéniosité inattendue de l'un d'eux. Il a frappé au bon endroit, enlevant à Elvawen son meilleur atout : sa capacité à se rendre invisible. Le module qu'elle porte sur son bras s'est mis à dysfonctionner sous le coup qui lui a été porté et elle a été contrainte de se battre face à face, à mes côtés. Autant dire que sans l'effet de surprise, ses griffes n'étaient pas aussi efficaces que d'habitude... Heureusement, ma vision était de nouveau fonctionnelle et j'ai pu intercepter une bonne partie des dégâts.

    Je me suis efforcée de la défendre du mieux que possible mais il a fallu se rendre à l'évidence : il n'y avait aucun moyen de les faire tomber, tous. Pas dans ces conditions, alors que nous venions à peine de nous remettre des blessures causées par l'attaque des Skurges. Et moi... Pas après ce que je venais d'apprendre. Nous avons donc essayé de battre en retraite. Essayé. Quelques chiens ont été lâchés sur nous alors que nous courrions dans la direction opposée à Kel Voreth. J'ai vu Elvawen bondir alors qu'un chien s'apprêtait à refermer ses crocs sur une de ses jambes. J'allais pour me diriger vers elle quand un bruit de tir m'a explosé les tympans : une troupe du Dominion a débarqué et a pris la relève, éloignant les chiens qui sont retournés auprès de leurs maîtres, restés aux abords de Kel Voreth.

    Sur le moment, je n'ai pas pensé au danger que pouvaient constituer les nouveaux arrivants : s'ils avaient été envoyés pour nous retrouver, il en était fini de nous... Et plus particulièrement de moi, recherchée pour avoir soi-disant trahi le Dominion et probablement, par la suite, pour servir de cobaye. Puis j'ai croisé ce visage, ce sourire. Je me souviens encore du choc que cela m'a fait de la reconnaître. Ori, celle qui m'avait permis de quitter Mikros et de rejoindre Nexus. Qu'est-ce que cette vieille chua pouvait-elle bien faire ici ?!

    Je ne l'ai su qu'un peu plus tard, lorsqu'après avoir sombré dans l'inconscience, je me suis réveillée dans une petite maison douillette. Tout en vérifiant les blessures qu'elle avait soignées pendant que je dormais, Ori m'a expliqué qu'elle avait été appelée sur Nexus pour ses talents reconnus de biologiste et plus largement de scientifique. Les années qu'elle porte sur son dos doivent en effet lui avoir apporté beaucoup de connaissances, précieuses aux yeux du Dominion... Toutefois, elle m'a confié quelque chose qui m'a... intriguée oui, mais touchée, surtout. Mon père a envoyé une troupe spéciale à ma recherche. Pas pour me ramener à Illium et me juger mais pour me protéger et trouver une solution à la corruption qui me ronge.

    SA troupe.
    Celle qui nous a trouvées et sauvées.

    Visiblement, elle était déjà sur notre piste et l'attaque des Skurges, suivie de l'incendie, a du leur permettre de nous retrouver plus aisément que prévu.

    Toujours est-il que je réalise que je ne suis vraiment pas au bout de mes surprises ici. Les créatures qu'il ne faut pas sous-estimer... Les retrouvailles avec Ori... Les dons insoupçonnés d'Ifreann... ... ... Et surtout, le mal que se donne mon père pour me protéger et me sortir de ce pétrin... Je réalise que j'ai beaucoup à apprendre et peut-être même à redécouvrir...

    Je me sens comme une enfant : à force de croire que l'on sait tout, on ferme les yeux sur tout ce que l'on ne sait pas.  

    « ● La page noire● Des analyses surprenantes »